Accueil / Votre CMS brule. Et menace d'anéantir votre stratégie digitale.

Votre CMS brule. Et menace d'anéantir votre stratégie digitale.

Souvenez-vous des systèmes de gestion de contenu web d’autrefois… TeamSite, Vignette, Percussion, RedDot, Stellent, Interwoven, SharePoint, Tridion, Fatwire. Vous utilisez encore l’un de ces systèmes ? Peut-être même plusieurs ? Pour nous, ce sont des « plateformes en feu » et votre stratégie digitale ne mènera à rien tant que vous continuez de les utiliser.

Nous savons que chaque organisation a entamé sa transformation digitale et que la gestion de contenu web (WCM) conserve son statut de technologie fondamentale. Gartner affirme que « la gestion de contenu web reste un marché dynamique en croissance, alimenté par les aspirations des responsables des stratégies digitales côté demande et par une innovation continue côté offre. Les responsables d’applications IT, les marketeurs, les spécialistes en expérience digitale et les marchands considèrent tous désormais la WCM comme étant essentielle pour leur mission ».

Bien que la gestion de contenu web figure encore parmi les priorités, de nombreuses sociétés sont toujours aux prises avec les incendies provoqués par ces plateformes mourantes. Repérer une plateforme en feu peut être facile, notamment lorsqu’un fournisseur annonce la « fin de vie » d’un produit. EMC/Documentum, par exemple, a été assez clair lors de l’abandon de Documentum Web Publisher au profit d’un partenariat avec Fatwire en 2010.

Pour autant, les fournisseurs jouent rarement la transparence s’agissant de l’avenir de leurs produits, comme dans le cas d’OpenText qui a racheté Vignette en 2009. Suite à ce rachat, OpenText qui possédait déjà RedDot (rebaptisé Web Solutions) est devenu le fournisseur de deux produits en concurrence directe. Le communiqué de presse diffusé à l’époque affirmait qu’OpenText continuerait d’assurer le support pour ses deux produits, mais cette promesse n’a pas été tenue. Vignette a en quelque sorte survécu, tandis que RedDot, privé d’investissements, est resté dans un état végétatif pendant des années.

Les rachats sont souvent à l’origine des plateformes en feu. On peut citer le rachat d’Interwoven TeamSite par HP/Autonomy, ou encore l’acquisition de Stellent et Fatwire par Oracle. Ektron connaîtra bientôt un destin similaire après son rachat par EPiServer. Les fournisseurs n’ont aucun intérêt à maintenir des produits concurrents, quelles que soient les promesses formulées dans les communiqués de presse ou les présentations PowerPoint. Parfois, les plateformes en feu sont dues aux fournisseurs comme Percussion et SDL Tridion, qui n’ont tout simplement pas été capables de suivre le rythme imposé par les exigences du digital business en constante et rapide mutation, et qui n’ont pas les moyens d’investir suffisamment dans leurs produits pour qu’ils restent compétitifs.

Mais la cause la plus fréquente de l’incendie est sans doute liée aux décisions des organisations elles-mêmes, qui tentent de conserver plusieurs systèmes de gestion de contenu web. Une situation qui se vérifie notamment lorsque, au lieu d’opter pour une plateforme unique et normalisée, une société multinationale laisse ses différentes divisions faire leurs propres choix technologiques sans stratégie cohérente.

Quelle que soit son origine, l’incendie provoque des difficultés considérables pour les clients, à commencer par le coût. Quel est le budget annuel englouti dans les frais de licence, de maintenance et de support pour l’ensemble des systèmes de gestion de contenu web que vous utilisez ? Sans parler du coût des équipes disparates possédant les différentes compétences requises pour développer et gérer ces diverses plateformes.

Les fournisseurs de logiciels d’entreprise facturent généralement chaque année 20% des frais de licence initiaux pour les mises à jour de produit et le support client. Dans le cas d’une plateforme en feu, le support assuré est minime et les efforts d’innovation très restreints, voire nuls. C’est le secret inavouable des logiciels d’entreprise... tuer un produit est généralement source de profit ! Les clients continuent de payer la facture pendant de nombreuses années pendant que le fournisseur réduit ses investissements dans la R&D et le support. Avec au final, une forte augmentation de la marge et des bénéfices pour le fournisseur tenté de prolonger cette source de revenus aussi longtemps que possible.

Outre cette facture annuelle, une plateforme en feu engendre également d’autres coûts. L’ajout de nouvelles fonctionnalités à un site web peut impliquer des dépenses prohibitives. Trouver des ressources compétentes et expérimentées est pratiquement impossible. En témoigne l’évolution des emplois sur indeed.com pour les systèmes de gestion de contenu web d’entreprise depuis 2006 (on notera par ailleurs que 2009 semble avoir été une EXCELLENTE année pour les développeurs Vignette !).

Indeed.com CMS

L’incendie peut aussi être dû à une approche « bricolage ». Les anciens logiciels propriétaires ont suscité tellement de frustration chez certaines organisations que celles-ci ont cherché à construire par elles-mêmes leur système de gestion de contenu web. Dans l’espoir de pouvoir en gérer plus facilement le coût, de gagner en flexibilité et de mieux maîtriser leur avenir. Mais même si ces projets démarrent bien, ils sont difficiles à maintenir sur le long terme. Les connaissances exclusives détenues par l’équipe de développement d’origine finissent par se perdre et le simple fait de faire fonctionner la plateforme devient une corvée.

Avec une plateforme en feu, la difficulté la plus significative est sans doute liée à l’innovation stagnante et à ce qu’elle implique en termes d’opportunités. Les plateformes en feu construites sur d’anciennes architectures ne peuvent pas rester en phase avec les nouvelles exigences (distribution via le cloud, sécurité, design responsive, personnalisation et intégration avec les applications existantes). Tandis que les sociétés utilisant des plateformes en feu doivent lutter pour survivre, leurs concurrents qui disposent de systèmes de gestion de contenu web modernes comme Drupal peuvent se concentrer sur l’innovation et sur l’expérience client en général.

La question qui se pose est donc la suivante : pourquoi les sociétés continuent-elles d’utiliser des plateformes en feu alors qu’il est si facile de les repérer ?

Les analyses comme Gartner et Forrester Research suivent étroitement le marché de la gestion de contenu web et publient régulièrement des rapports indiquant l’état de ce marché (tous les 12 ou 18 mois environ). Ces rapports constituent en quelque sorte un bulletin de santé des différents fournisseurs par rapport à leurs concurrents. Il suffit par exemple de lire le rapport 2015 Gartner Magic Quadrant for Web Content Management pour constater que seul un petit nombre de fournisseurs, parmi lesquels Acquia, jouissent d’une excellente dynamique. La majorité des autres fournisseurs, comme OpenText, SDL, Oracle, IBM et HP, poursuivent leur lent déclin.

Même si le passage à une plateforme plus moderne représente un investissement en termes de temps, d’argent et d’efforts, c’est tout simplement la seule solution pour résoudre le problème des plateformes en feu. L’État de Géorgie a délaissé Vignette pour adopter Acquia et prévoit de réaliser une économie substantielle de près de 5 000 000 de dollars sur cinq ans. La Ville de Los Angeles est actuellement en train de migrer d’Oracle/Stellent à Acquia. Chaque semaine, de nouvelles sociétés abandonnent leurs plateformes en feu au profit d’Acquia. Et ce faisant, elles peuvent reprendre le cours de leur transformation digitale.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Filtered HTML

  • Use [acphone_sales], [acphone_sales_text], [acphone_support], [acphone_international], [acphone_devcloud], [acphone_extra1] and [acphone_extra2] as placeholders for Acquia phone numbers. Add class "acquia-phones-link" to wrapper element to make number a link.
  • Pour publier des morceaux de code, entourez-les avec les balises <code>...</code>. Pour du PHP, utilisez. <?php ... ?>, ce qui va colorier le code en fonction de sa syntaxe.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <h4> <h5> <h2> <img>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.